Revoir Haïti #3 : Craquage !

Lundi 24 mars (suite)

Craquage ! A peine entrée dans la crèche, je me dirige machinalement vers la chambre des bébés. A l’époque, c’était celle des enfants de 3-4 ans. C’était celle où j’avais vu pour la première fois mon fils endormi, roulé en boule sous un gros amas de couvertures tant le froid de ce mois d’août 2010 rongeait les os.

Je remarque à peine les changements de la pièce pourtant refaite à neuf grâce à la générosité de nos donateurs suite au passage dévastateur de l’ouragan Sandy en 2012. De beaux lambris, des voilages au-dessus de certains lits, des rideaux à carreaux et  deux nouvelles fenêtres ont redonné à cette pièce encore sombre une douce chaleur.Je respire à nouveau cette odeur des bébés si particulière que ma mémoire n’a pas oubliée. Un mélange âcre et poudré, impossible à définir mais qui m’est si familier. Je ne vois rien de tout ça et laisse à Danielle le soin d’inspecter les travaux. Tout ce qui m’importe, c’est la quinzaine de bébés allongés tranquillement dans leur lit. Certains dorment, d’autres sont assis – très stoïques – au milieu de leur lit. D’autres encore s’accrochent aux barreaux. Quinze bébés et aucun ne pleure. Et aucun ne chante. Et aucune ne parle.
J’ai toujours été étonnée devant le calme apparent de ces enfants abandonnés qui, par un instinct que personne n’a encore été capable d’expliquer, sont d’un calme olympien. Comme s’ils ne voulaient pas déranger. Comme s’ils voulaient se faire oublier. Peut-être parce qu’on les a oubliés…

Les extérieurs de la crèche avec au premier étage, la nouvelle chambre des bébés

Les extérieurs de la crèche avec au premier étage, la nouvelle chambre des bébés

chambre_BB

La chambre des bébés avec ses nouveaux lambris

Chambre_BB2

La chambre des bébés (encore !)

Alors je craque ! Je craque devant leur petite bouille. Je craque devant leurs petites frisettes. Je craque devant leurs grands yeux noirs. Je craque devant leurs sourires. Après avoir demandé l’autorisation à la nourrice, je les prends chacun dans mes bras, un par un. Je leur fais des chatouilles, leur glisse des petits mots rigolos, les câline. Je joue à « coucou, c’est qui ? », « Qui c’est qui se cache derrière le doudou ? ». Danielle n’est pas en reste et s’amuse aussi comme une petite folle avec eux. On entend enfin les rires. On entend les grognements de ceux qui ne nous trouvent pas trop à leur goût. On entend leurs mots. On entend leur cœur qui bat.

Une bien jolie petite fille !

Une bien jolie petite fille !

Et re-craquage ! Lucien, un bon gros bébé avec une couette sur la tête me fait du gringue et me regarde avec malice. Impossible de me décrocher de lui. Je le fais gentiment tomber sur le matelas. Il s’accroche à mes doigts pour se relever. Il est écroulé de rire. IL me fait les bras. Je le reprends dans les miens. J’ai du mal à m’en décrocher.

J’ai l’impression de me regénérer auprès de tous ces enfants. Ce qui sauve mon cœur en chamallow, c’est de savoir que tous ont une famille qui les attend quelque part. Certains ont la photo de leurs parents au-dessus de leur lit. Comme Marlon avait la mienne.

Un bébé tout juste réveillé…

Un bébé tout juste réveillé…

Nourrice_BB

Une des nourrices de la crèche qui veille nuit et jour sur les bébés.

Sabine_LucienBB

Sabine et Lucien, love story

Mais la visite ne s’arrête pas là. Dans la pièce d’à côté, encore une bonne dizaine de bébés. J’aperçois un petit corps profondément assoupi. C’est la seule fille de la chambre. Elle s’appelle Rachel, elle doit avoir dans les 15 mois et elle est aveugle. Nous terminons notre tour par la salle de classe où les autres enfants accueillis à la crèche sont en pleine séance de conte. Sagement assis derrière de petits bureaux d’écoliers bien alignés, ils écoutent avec attention la nourrice Vania racontant une histoire. Elle imite chaque voix avec douceur ou colère, met le ton, captive son public, joint parfois les gestes à la parole.Nous nous faisons discrètes et décidons de rentrer prendre une douche et nous préparer pour aller dîner chez Lucien et Gina. On mange tôt en Haïti. A 18 heures la table est servie. A 20 heures, c’est tout le monde au lit.

Demain sonne le départ pour Lamardelle et c’est une toute autre aventure qui nous attend…

A suivre…


Lire également :

Publicités
Comments
2 Responses to “Revoir Haïti #3 : Craquage !”
  1. Madeleine dit :

    Coucou Sabine, tu nous livres la suite ? L’école, Lucienne Duncan, comment c’était ? Et vos projets là-bas ? On aimerait bien tout connaître. Tu nous le fait pour la rentrée ? S’il te plait ! Madeleine

    • Sabine dit :

      Ne t’inquiète pas Madeleine, la suite arrive ; on a été pas mal débordés ces derniers temps (container, AG, projets…). Le temps de reprendre notre souffle et on continue le voyage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :