« Il a pleuré quand on est partis »

Laure revient sur sa rencontre avec Liam, son petit coeur haïtien. C’était il y a un an déjà…

« Il est 6h30. Cela fait une heure que la crèche s’anime. C’est bon d’entendre ces petites voix. Hier soir, je n’ai pas eu la force d’écrire. On a été accueillis à l’aéroport par Lucien Duncan. Durant tout le trajet jusqu’à Kenscoff (environ 40km mais on a mis plus d’1h30 à cause de l’état des routes), on a pu `’regarder » Haïti. C’était impressionnant, tellement différent de chez nous. Et toutes ces maisons écroulées !!!
Lucien nous a tout raconté : le séisme, la fondation, les projets.Le soir, nous avons dîné chez lui avec Gina. Dommage que la fatigue nous ait empêchée de profiter pleinement du délicieux repas qui nous a été servi. On a goûté les mangues haïtiennes : un pur régal.

Et puis, ça a été l’heure : l’heure de le voir. Il dormait, à plat ventre, une couverture sur ses jambes. Qu’il était beau ! On avait envie de le toucher, de le caresser. Mais on n’a pas osé, de peur de le réveiller, de l’effrayer. Ce n’est pas grave, on va se rattraper aujourd’hui. Là, les enfants sont en train de se préparer. On le verra tout à l’heure.

Il est 14h32. Ca y est, on l’a vu, on l’a pris dans nos bras, on a joué avec lui et avec tous les autres enfants. On est très partagés entre l’envie d’être avec lui tout le temps et la peur de le déstabiliser. On s’apprivoise petit à petit, peut-être un peu trop vite.Tous les autres enfants sont très demandeurs aussi : des câlins, des rires, des photos de l’attention. Les photos, ce sont surtout Ridson et Rickenson qui en demandent : ils adorent ça, se voir ensuite dans l’appareil.

Des traits de caractère se dessinent déjà. Judson et Saintania sont deux coquinsqui adorent rire et courir dans tous les sens, taquiner les autres aussi. Jonet a l’air très réservé, intimidé. Les filles, Nathania, Magdala et Lovelie chantent toute la  journée. Magdala et Nathania sont tout le temps ensemble. Il est 21h00. Notre première journée avec Esaïe est terminée, riche en émotions.
On ne pensait pas qu’il serait si vite attaché à nous. Il ne voulait pas que les autres enfants nous touchent.

Il a pleuré quand on est partis. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :